E-CONNAISSANCES   Bibliographie   Aménagement et développement durable des territoires - Lettre d'information documentaire - N°9 - 3e trimestre 2011 - Partie 2

Aménagement et développement durable des territoires - Lettre d'information documentaire - N°9 - 3e trimestre 2011 - Partie 2

Dans Développement durable , Urbanisme / aménagement urbain / SIG 

2. Développement des territoires

  • « Photovoltaïque, attention danger ! », CHANDES Camille, USINE NOUVELLE (l'), 15/09/2011, n° 3253, p.60-61
    Les panneaux solaires se multiplient sur les toitures des bâtiments industriels. Un, essor qui ne va pas sans son lot de questions sur la sécurité des installations. 
    Couvrir de panneaux solaires le toit de ses usines, entrepôts et parkings pour produire de l'électricité est le dernier investissement à la mode. Un nombre croissant d'entreprises saute le pas.
  • « Gestion et protection du patrimoine architectural urbain »DE LAJARTRE Arnaud, Actualité Juridique Droit administratif, 01/08/2011, 27/2011, p.1529-1537
    L'évolution des villes est actuellement traversée par des tensions contradictoires entre un intérêt toujours croissant pour le patrimoine culturel et architectural, l'objectif du développement durable climatique et l'incitation à construire dans les zones tendues. Un colloque organisé par la faculté de droit d'Angers en février 2011 a bien montré les contradictions qui agitaient actuellement le thème du patrimoine culturel et du paysage urbain. c'est à partir de ces réflexions que le présent dossier vise à dresser un état des lieux portant sur le bilan des ZPPAUP et l'apport des nouvelles AVAP et, dans le contexte actuel de la décentralisation de l'urbanisme à s'interroger sur les rôles impartis aux auteurs des PLU et à l'architecte des bâtiments de France.
  • « Habitat adapté, aires de réception. Accueil des gens du voyage : de gros besoins »BERTHELIN Olivier, Le Moniteur, 22/07/2011, n° 5617, p.10-11
    La remise imminente au gouvernement du rapport de Pierre Hérisson, président de la commission nationale des gens du voyage, replace sous les feux de l'actualité la question des aires d'accueil et de l'habitat adapté. De nombreux chantiers vont devoir être lancés, en construction neuve comme en modernisation. 
    Le développement des aires d'accueil des gens du voyage avance à pas comptés. Pour preuve, près de la moitié des besoins identifiés dans les schémas départementaux restent insatisfaits. Sur l'objectif de 42 000 emplacements, 20 000 doivent toujours être "rapidement" achevés, selon les préconisations faites en novembre 2010 par la mission d'information de l'Assemblée nationale; 600 millions d'euros sont budgétés à cet effet, mais non encore investis par les collectivités territoriales et 'L’Etat.
  • « Ossature Bois - Des maisons modulaires mais pas monotones »NICOLAS Julie, Le Moniteur, 22/07/2011, n° 5617, p.20-21
    L'éco-résidence des Marches de Bréviandes, en Seine-et-Marne, aura été réalisée en un temps record, grâce à l'assemblage de modules tridimensionnels fabriqués en usine. Au total, le site accueillera 75 maisons. 
    Le chantier des Marches de Bréviandes à Vert-Saint-Denis (Seine-et-Marne) sera terminé en septembre pour les 20 maisons en accession à la propriété et en octobre pour les 55
    constructions destinées à la location. Le quartier de 42 600 m2 accueillera une éco-résidence réalisée à partir de modules en 3D à ossature bois. Les maisons "Muse", sont assemblées à 85 % en usine.
  • « Boulogne-sur-Mer : Un schéma directeur pour le port »LOBEZ Benoît, Gazette Nord Pas de Calais (La), 12/06/2011, n° 8351, p.5
    Le Conseil portuaire de Boulogne, réuni le 19 mai sous la conduite du propriétaire - Daniel Percheron, président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais et du concessionnaire des installations du port -Jean-Marc Puissesseau, nouveau président de la CCI Côte d'Opale - a adopté le schéma directeur qui sera soumis à l'assemblée régionale. 
    Ce plan affirme "l'ambition d'un port polyvalent, d'un port transmanche, d'un port de plaisance en fixant dans un espace contraint l'utilisation et les modes de gestion du foncier.
  • « Une muraille pour verdir le Sahel », CARAMEL Laurence, Monde (Le), 18/06/2011, p.20
    Ecologie - Faire pousser des millions d'arbres, du Sénégal à Djibouti, pour lutter contre la désertification, telle est l'ambition d'une initiative panafricaine lancée en 2007. Un défi scientifique, technique et humain. 
    Sur le tracé de la "grande muraille verte" au Sénégal, Widou n'est pas un point tout à fait comme les autres. Outre la présence précieuse d'un forage dans ce paysage assoiffé du Ferlo, le village doit abriter l'Observatoire hommes-milieux, crée en 2009 par l'institut écologie et environnement du CNRS pour étudier l'impact de ce projet de reforestation.
  • « Rhône-Alpes se penche sur son sol », PESNEL Camille, Territoires, 01/06/2011, n° 519, p.10-13
    En avril dernier, le conseil régional Rhône-Alpes annonçait son intention de lancer une nouvelle politique foncière, intégrant les problématiques démographiques et économiques, tout en préservant les espaces agricoles et naturels. L'heure est encore au diagnostic, mais les attentes sont grandes, et les pistes nombreuses. 
    Répondre aux besoins en habitat, en équipements publics et en espaces industriels, commerciaux et touristiques à l'intérieur des secteurs urbanisés et ainsi préserver le foncier agricole et les espaces naturels : tel est l'objectif annoncé par Gérard Leras, conseiller spécial à la politique foncière, de la délibération cadre du conseil régional Rhône-Alpes qui devrait être votée en octobre 2011.
  • « Voirie et réseaux divers », Revue des Collectivités Locales, 01/07/2011, n° 424, p.43-50
    Le rôle des collectivités locales dans la gestion de la voirie et des réseaux est réellement essentiel. En effet, parce qu'elles gèrent les flux de fluides souterrains, les flux de personnes et de véhicules en plein air, parce que la "couche séparatrice" doit être de qualité, facile d'entretien et visitable, la voirie et les réseaux constituent un vrai projet d'infrastructures. Et du fait de l'évolution des bois et règlements de notre pays et des directives européennes, la responsabilité des élus est engagée dans cette démarche d'investissements durables et environnementaux.
  • « Une dynamique collective pour un développement social durable »BESREST Sophie, Journal des communes, 05/09/2011, n° 2156, p.26-29
    Dans toutes les communes, en zone rurale comme en zone urbaine, les élus doivent faire face à des demandes de plus en plus nombreuses de personnes en situation de fragilité. Contexte économique oblige... Personnes et ménages pauvres, personnes âgées, personnes handicapées, parents isolés, jeunes en recherche d'emploi, demandes de logement, agents de la ville en difficulté... autant de situations auxquelles les communes sont confrontés en première ligne. Désormais, avec la permanence de la crise, il ne s'agit plus seulement de gérer des situations marginales, mais aussi de prendre en compte les personnes précipitées dans un processus d'exclusion.
  • « La méthanisation à l'assaut des campagnes »DU GUERNY Stanislas, USINE NOUVELLE (l'), 15/09/2011, n° 3253, p.56-57
    La première région d'élevage de France mise sur la transformation des déchets organiques en électricité. Les tarifs de rachat de l'énergie produite mettent en appétit investisseurs et agriculteurs. 
    C'est une usine flambant neuve installée en bordure de la petite commune de Saint-Gilles-du Mené, dans les Côtes d'Armor. Géotexia. Sa fonction est de transformer les effluents d'élevage et les déchets d'abattoir en énergie électrique. Ce type d'usine est appelé à se multiplier dans d'autres départements de la première région d'élevage d'Europe, mais les procédures administratives sont laborieuses. 
    L'énergie issue des unités de méthanisation en Europe provient à hauteur de 76 % d'Allemagne, d'ici à 2020, les experts estiment que ce pays comprendra près de 40 000 installations réparties principalement entre les populations agricoles. 700 millions d'euros ont d'ores et déjà été investis dans cette filière qui compte plus de 8 000 emplois directs.
  • « Cité U préfabriquée : L'avenir du logement étudiant ? »CANO Amélie, Techni.Cités, 23/09/2011, n° 215, p.15
    Face à la pénurie chronique de logements étudiants, l'Etat s'est engagé à doubler son offre de résidences universitaires d'ici 2020. Pour atteindre cet objectif, tous les moyens sont bons. L'Etat mise notamment sur le logement modulaire, comme les conteneurs maritimes du Havre. Mais est-ce une solution miracle ou de la poudre aux yeux ?
  • « Bretagne : les énergies renouvelables comme ciment d'un territoire »JOURDAIN Franck, Maires de France, 01/09/2011, n° 283, p.36
    En sept ans, la communauté de communes du Mené a incité ou réalisé plusieurs investissements décisifs qui lui ont permis de transférer le quart de sa consommation vers les énergies renouvelables. 
    Les réalisations de la communauté de communes du Mené dans les énergies renouvelables parsèment ce territoire agricole de plusieurs bâtiments dédiés, identifiés par un panneau de la communauté décrivant la technologie mise en œuvre. 
    Objectif de l'intercommunalité : produire d'ici à 2020, 70 % de l'énergie qu'elle consomme. Elus, populations, agriculteurs, associations... tout le monde est mobilisé derrière ce projet.
  • « Énergies renouvelables : une nouvelle occasion manquée », GIRARD Pierre, ALTERNATIVES ECONOMIQUES, 01/10/2011, n° 306, p.24
    En 2008, alors que les cloches du Grenelle sonnaient à toutes volée, le gouvernement décidait de créer de toutes pièces une filière photovoltaïque. Pour ce faire, il mit en place un tarif de rachat très attractif de l'électricité produite par ces installations, ainsi que des réductions d'impôt importantes. Mais le coût fut important à terme. L'éolien a subi aussi les conséquences avec la loi Grenelle 2 qui classe désormais les éoliennes parmi les installations industrielles dangereuses.
  • « Etalement urbain : attention danger ! », RAVIGNAN Antoine de, ALTERNATIVES ECONOMIQUES, 01/10/2011, n° 306, p.54
    Le grignotage continu de l'espace rural par les villes et leurs périphéries alourdit la facture écologique. Comment renverser la vapeur ? 
    Désir d'accéder à la propriété, besoin d'une plus grande surface habitable, de tranquillité, de nature, l'absence de réponse collective et maîtrisée à ces envies légitimes se traduit par la poursuite indéfinie de peser lourd peser lourd, rappelle le RAC, le Réseau action climat. 
    En une décennie, les espaces artificialisés, gagnés à la périphérie des villes sur les exploitations agricoles, ont augmenté d'un peu plus de 8 000 km2 entre 1992 et 2004, l'équivalent d'un département comme la Marne.
  • « Projet urbain. Un nouveau quartier ravive l'est nantais », Le Moniteur, 23/09/2011, n° 5626, p.26-27
    Créer un éco-quartier qui contribue à limiter l'étalement urbain en permettant aux classes moyennes de- se loger dans la ville-centre : tel est le pari du projet Bottière-Chénaie, nouvelle centralité adossée à un parc paysager. 
    Le 28 septembre, le quartier Bottière-Chenaie vivra un véritable événement avec l'ouverture de son premier marché. Ce marché s'installera tous les mercredis sur la place du Commandant Cousteau avec 25 emplacements qui ont été pris d'assaut. Quatre ans après les premières livraisons, une nouvelle page se tourne dans l'histoire de ces anciennes terres maraîchères situées en dent creuse au sein du tissu urbain nantais et ouvertes à l'urbanisation début 2000. Ce secteur était réservé pour accueillir les nouveaux habitants et particulièrement les personnes à revenus modestes et les jeunes primo-accédants qui étaient contraints de se loger en deuxième couronne tout en travaillant à Nantes.
  • « Prix de l'aménagement urbain. Trois réalisations attentives au contexte », Le Moniteur, 23/09/2011, n° 5626, p.30-31
    Transformer une friche inaccessible en un espace naturel public, amoindrir la présence de la route nationale dans un village, révéler l'identité d'une île tropicale. 
    Les prix de l'Aménagement urbain, organisés par le Groupe Moniteur, ont distingué cette année trois réalisations particulièrement attentives à leur contexte. Deux prix sont attribués, l'un au parc des Impressionnistes à Clichy-la-garenne (Hauts-de-Seine), juché sur un ancien site industriel, l'autre aux espaces publics de Gy-l'Evêque (Yonne), un aménagement modeste qui donne un centre à la commune. Une mention est également décernée à la restructuration de la place du débarcadère à Saint-Paul (La Réunion)
  • « Logement social : déverrouiller les politiques d'attribution », GERBEAU Delphine ; THOUVENOT Agnès, Gazette des Communes (La), 26/09/2011, 36/2094, pp.25-30
    • Un système sous tension
    • Attribuer sans discriminer
    • La mixité ne garantit pas la paix sociale.
  • « Plan local d'urbanisme communautaire. - La commission d'enquête rend un avis favorable soumis à réserves », VERHEYDE Bruno, LA VOIX DU NORD, 29/09/2011, p.14
    Document fondamental, le PLU a été institué par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (loi SRU), remplaçant les POS, il organise le développement du territoire en fixant les règles d'urbanisme : zones constructibles, coefficient d'occupation des sols, prescriptions architecturales...L'un des points épineux est l'avenir des exploitations agricoles. Ulcérés à la vue du plan de zonage, les représentants du monde agricole avaient manifesté leur mécontentement lors du conseil communautaire.
  • « Les Chinois débarquent à Châteauroux », CATTIAUX Séverine, Lettre du Cadre (La), 01/10/2011, n° 429, p.20-21
    L'Indre a beaucoup souffert de la délocalisation. Et voilà que les Chinois souhaitent la réindustrialiser. D'ici 2017, Châteauroux accueillera une cinquantaine d'entreprises chinoises. 
    L'Allemagne compte 450 entreprises chinoises, la France : 80... Châteauroux devrait contribuer à combler ce retard en devenant l'une des têtes de pont chinoise pour les marchés européens et africains, voire moyen orientaux.
  • « Un éco-village participatif. A Pau », CHAPELLE Sophie, Urbanisme, 01/09/2011, n° 380, p.11
    C'est en bordure de l'A65 que s'étendent les 11 ha de la communauté Emmaüs Lescar--Pau. Autour de l'activité principale de déchèterie-recyclerie, cette belle entreprise sociale forte de ses 125 membres développe de nombreux projets sans aucune subvention. 
    Jouxtant une ferme alternative, un vaste projet de "maisons économiques" a vu le jour. "L'idée c'est de lier l'économie à l'écologie, en remplaçant progressivement les mobile homes, véritables gouffres financiers, par des maisons personnalisées. 
    Aujourd'hui l'Eco-village de la communauté interpelle de plus en plus les visiteurs, réveille l'imagination et attire les architectes. Il y a un potentiel de créativité de liberté et de rencontres immense.
  • « Un droit à la ville pour 20 millions de citadins »Urbanisme, 01/09/2011, n° 380, p;24-26
    Le 3 juin 2010, le gouvernement de la ville de Mexico, dirigé par Marcelo Hebrard, s'engage en signant la déclaration du "Droit à la ville" à respecter et à introduire une nouvelle catégorie de droits spécifique à la vie urbaine dans la gestion de la capitale. . Depuis les années 1990, les efforts des habitants de Mexico, associés à la mise en place de nouvelles lois et programmes, ont permis d'améliorer les conditions de vie de la population. La charte du droit à la ville définit l'ensemble des droits dont les citoyens devraient disposer dans la mégalopole. Son adoption progressive pourrait constituer une évolution cruciale pour les habitants de cette ville soumise à des problèmes environnementaux et sociaux majeurs. (60 % de la population vit sous le seuil de la pauvreté).
  • « Nouveau regard sur l'aménagement »LLORENTE Marie, ETUDES FONCIERES, 01/09/2011, n° 153, p.23-30
    La nouvelle économie institutionnelle n'est pas qu'une lubie de chercheurs en mal de théorie. L'approche privilégiée par ce courant de l'économie permet d'éclairer concrètement les pratiques d'aménagement avant de proposer des modes d'organisation adaptés aux différents projets. 
    Ville spontanée, ou naturelle et ville intentionnelle, planifiée et pensée à l'avance, sont souvent opposées. Les débats actuels sur l'urbanisme de projet relancent la question de l'intentionnel, à l'heure où le spontané triomphe, avec ses conséquences sur l'étalement urbain et la consommation de terres agricoles. Mais l'urbanisme intentionnel peut-il se satisfaire d'un marché simplement encadré par des documents d'urbanisme affinés ? Ou faut-il envisager des arrangements organisationnels plus intégrés verticalement autour de la collectivité, allant de la réalisation directe de l'aménagement en régie à la coopération public-privé à travers des contrats de type concession de ZAC ou PUP en passant par la délégation à une société publique, SEM ou SPL ?
  • « Belgique : la fin de l'étalement urbain ? »VAN REYBROECK Jean-Pol, ETUDES FONCIERES, 01/09/2011, n° 153, p.31-33
    En Belgique, l'engouement pavillonnaire a longtemps trouvé écho dans la procédure de lotissement, qui a favorisé la "production de parcelles" individuelles, au détriment de l'aménagement. Le permis d'urbanisation vise à remédier à cette situation, en limitant l'émiettement et en insistant notamment sur la troisième dimension. 
    La loi organique de l'aménagement d territoire et de l'urbanisme du 29 mars 1962 a servi de cadre juridique commun à l'ensemble du Royaume de Belgique. Par la suite, la loi spéciale du 8 août 1980 de réforme de l'Etat belge a créé les Communautés et les régions. En matière d'aménagement du territoire, et bien que chaque Région exerce désormais en toute autonomie les compétences que la loi lui attribue, la mise en œuvre d'une bonne part des anciennes dispositions communes demeure.
  • « Aménagements durables sous les tropiques », BEURIER Etienne, Le Moniteur, 30/09/2011, n° 5627, p.28-29 23
    En Guyane et sur l'île de la Réunion, la création de quartiers durables prend une forte tournure locale : le climat tropical, l'eau abondante, le foncier précieux ou la démographie galopante obligent à définir de nouveaux standards. 
    Ces projets de démarquent par leur intention de faire la ville tout simplement. L'architecte dessine une extension urbaine sur l'île de Cayenne en Guyane. 
    Deux projets de territoires, qui prennent les devants de la commande pour prouver par l'exemple comment le développement durable prend aussi, outre mer ses lettres de noblesse.
  • « Ville durable », Le Moniteur, 30/09/2011, n° 5627, p.109-119
    Présenté en conseil des ministres le 22 octobre 2008 par Jean-Louis Borloo, le plan "ville durable" a pour objectif de concevoir la ville d'une manière plus responsable et plus respectueuse de l'environnement. Articulé autour de quatre grandes actions (à l'échelle des quartiers, de la ville, des transports collectifs et de la biodiversité), ce projet d'envergure national vise également à valoriser l'engagement des collectivités sur le plan écologique.
  • « L'élaboration des schémas régionaux du climat de l'air et de l'énergie »Environnement Local, 22/09/2011, n° 957, p.1
    Les schémas régionaux du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE), élaborés conjointement par l'Etat et les Conseils régionaux, ont vocation à intégrer dans un seul document la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l'adaptation aux effets des changements climatiques, la lutte contre la pollution atmosphérique et l'amélioration de la qualité de l'air. La loi a fixé un délai d'un an à compter du 12 juillet 2010 pour leur mise en place.
  • « La RT 2012 applicable dès maintenant aux collectivités »Environnement Local, 22/09/2011, n° 957, p.3-4
    Le ministère de l'Ecologie publie une plaquette récapitulative sur la Réglementation thermique RT 2012, destinée aux professionnels du bâtiment et aux agents des collectivités et des services décentralisés de l'Etat. 
    La RT 2012 traduit les exigences du Grenelle en matière de réduction de consommation de 50 kWh d'énergie primaire par m2 et par an, représentatif d'un bâtiment à basse consommation devient la référence dans la construction neuve à partir de 2012.
  • « Bordeaux - Du projet urbain au projet métropolitain »MEHIRI Soraya, Habitat et Société, 01/09/2011, n° 63, p;56-57
    Fin 2010, la Communauté urbaine de Bordeaux lance une démarche prospective à horizon 2030, mobilisant l'ensemble des acteurs locaux dont les organismes HLM par le biais de leur Conférence départementale de Gironde. 
    Bordeaux se voit millionnaire ne 2030 (930 000 habitants en 2035). Les vingt années précédentes, elle a bien accueilli 230 000 nouveaux habitants soit 145 000 ménages supplémentaires qu'elle a dû loger dans 170 000 logements crées, soit 9 000 logements par an contre 5 000 en 2010. Une hausse importante de cette population est due aux personnes âgées et aux jeunes, des personnes vivant seules. Le foncier disponible à l'intérieur de la Communauté urbaine est désormais épuisé.
  • « Trois rencontres pour échanger sur les enjeux énergie-climat », PINOT Amandine, Gazette Nord Pas de Calais (La), 07/10/2011, n° 8382, p.6
    Les enjeux liés à l'énergie et au climat sont au cœur des préoccupations des territoires. Encore plus depuis le Grenelle de l'environnement qui pousse à adopter des comportements plus respectueux de la planète. Utilisation des ressources locales, valorisation des énergies renouvelables, précarité énergétique, etc., autant de sujets à prendre en compte dans les politiques locales. D'où le partenariat noué entre GRDF et l'Association des maires du Nord autour de trois réunions à destination des collectivités. 
    Comment évaluer la pertinence des différentes solutions énergétiques dans un projet d'aménagement ou de construction ? Comment estimer le coût global du projet, que ce soit en termes d'impact environnemental, sociétal ou économique ? Ces thèmes sont plus que d'actualité dans les collectivités locales.
  • « Le modèle d'aménagement évolue »Le Moniteur, 07/10/2011, n° 5628, p;92
    Les trois équipes en lice pour l'étude d'un nouveau schéma d'aménagement de Sophia Antipolis touchant les 400 ha restants à urbaniser du technopôle vont rendre leurs propositions fin novembre. Le futur transport en commun en site propre sera associé fortement à cette approche renouvelée de l'urbanisation, avec de la densification et de la mixité le long de son tracé.
  • « La Loi Littoral à l'épreuve du juge administratif »Actualité Juridique Droit administratif, 19/08/2011, n° 5621, p.26-27
    Le juge administratif doit adapter la loi Littoral de 1986 - conçue à une époque où l'on ne parlait pas encore de développement durable à des situations inédites. Exemples de quelques décisions récentes, qui augurent parfois d'une jurisprudence sévère, notamment pour le développement de l'éolien ou du photovoltaïque en bord de mer. 
    La loi sur le grand Paris a fixé à 70 000 le nombre de logements qui devront sortir de terre chaque année en région parisienne, contre 40 000 en moyenne aujourd'hui. Ce rythme permettrait de résorber le déficit actuel et de faire face à la demande future dynamisée par un nombre élevé de naissances, la population de Paris et de ses environs continue en effet de croître de 50 000 habitants par an. Dans le même temps, l'éclatement des familles et le vieillissement entraînent de nouveaux besoins d'appartements. Or l'Ile-de-France se classe parmi les trois plus mauvais élèves de France en nombre de constructions. Elle en crée 3,4 pour mille habitants, contre 9,6 en Languedoc-Roussillon par exemple.
  • « Rhône-Alpes se penche sur son sol »PESNEL Camille, Territoires, 01/06/2011, n° 519, p.10-13
    En avril dernier, le conseil régional Rhône-Alpes annonçait son intention de lancer une nouvelle politique foncière, intégrant les problématiques démographiques et économiques, tout en préservant les espaces agricoles et naturels. L'heure est encore au diagnostic, mais les attentes sont grandes, et les pistes nombreuses. 
    Répondre aux besoins en habitat, en équipements publics et en espaces industriels, commerciaux et touristiques à l'intérieur des secteurs urbanisés et, ainsi, préserver le foncier agricole et les espaces naturels " : tel est l'objectif annoncé par Gérard Leras, conseiller spécial à la politique foncière de la délibération cadre du conseil régional Rhône-Alpes; Une délégation à la politique foncière, mise en place en avril 2010, réalise 
    actuellement un diagnostic global, afin de dégager l'ensemble des moyens à mettre en œuvre pour atteindre cet objectif.
  • « Une tour signal pour l'entrée de Béthune »GUISLAIN Margot, Le Moniteur, 30/09/2011, n° 5627, p.26-27
    A Béthune, l'architecte Frédéric Borel vient de livrer une tour de logements sociaux en béton préfabriqué, qui balaie d'un coup l'image ingrate qui colle à ce type d'édifice depuis des décennies. 
    A l'entrée de Béthune, une tour de dix étages se dresse à présent dans le paysage, telle une sculpture abstraite des années 1920, telle une sculpture abstraite des années 1920, avec son assemblage de lames verticales en béton pressées les unes contre les autres pour mieux atteindre le ciel.

3. DEPLACEMENTS ET TRANSPORTS PUBLICS

  • « Comment mettre en place le covoiturage ? », Environnement magazine, Juillet-Août 2011, n° 1699, pp.49-50
    De plus en plus d'organisme cherchent à faciliter le covoiturage pour leurs salariés. un portage fort de la direction et une communication sur la durée sont essentiels à la réussite du projet.
  • « Sophia Antipolis - Priorité aux transports et à l'habitat », Le Moniteur, 07/10/2011, n° 5628, p.89-92
    Située entre la future métropole niçoise et l'Opération d'intérêt national Plaine du Var d'un côté et le bassin cannois de l'autre, la communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA) joue la carte d'un développement équilibré fondé sur le concept de ville-pays. Une stratégie en phase avec les caractéristiques d'un territoire multipolaire organisé en strates : une bande littorale très urbanisée, un territoire intermédiaire - le moyen pays et un haut pays, composé de villages et d'espaces naturels. La Casa s'attaque désormais à deux dossiers prioritaires : les transports avec un projet de bus-tram à 100 millions d'euros pour relier le futur pôle multimodal d'Antibes à Sophia Antipolis et le logement en renforçant via un nouveau Plan local de l'habitat, la production de logements aidés et diversifiés.
  • « Restructuration du réseau de bus de 65 communes de Lyon et sa périphérie », Environnement Local, 25/08/2011, n° 955, p.7
    Le 29 août 2011, le réseau de bus du Grand Lyon fait sa révolution pour rationaliser le maillage du territoire et s'adapter aux nouveaux besoins de transports en commun : la restructuration concerne 65 communes, 1,3 million d'habitants et 120 lignes de bus. L'objectif est d'augmenter les déplacements en bus de 8 à 10 % d'ici fin 2012 grâce au projet Atoubus.
  • « Des déchets agricoles pour produire carburants et plastiques "verts" », LE HIR Pierre, Monde (Le), 06/09/2011, p.9
    Au cœur de la Champagne céréalière et viticole se dresse une usine chimique pas comme les autres : cuves, citernes, tubes et tuyaux font penser à une raffinerie. Mais, ici, pas de pétrole. La matière première transformée est entièrement végétale, et les produits qui en sont issus relèvent de la "chimie verte".
    L'installation champenoise, est alimentée par de la paille de blé fournie par les agriculteurs de la région. Les tiges, préalablement broyées, sont déposées sur un tapis roulant, où elles sont aspergées d'acides organiques qui séparent la pâte de cellulose, récupérée sur le convoyeur et les autres constituants de la paille qui se retrouvent mélangés dans une sorte de jus. Ce procédé permet d'extraire sans les dégrader 100 % des composants de la biomasse végétale.
  • « Énergie : le Grenelle de l'environnement patine »DHONT Bruno, Libération, 29/09/2011, p.20
    Depuis 2009, les communiqués auto-élogieux des autorités gouvernementales se sont multipliés pour annoncer urbi et orbi les priorités et les engagements mirobolants qui doivent être mis en œuvre afin de parvenir, en 2050, à consommer 80 % d'énergie de moins qu'aujourd'hui. Dès 2020 c'est à dire demain nos bâtiments actuels devront passer de 240 kW/H par m2 par an à 150 Kw/H par an. La stratégie rien moins que vertueuse adoptée par les pouvoirs publics laisse mal augurer des changements radicaux qui s'imposent pour parvenir à ces objectifs. Certes, tous les bâtiments ne sont pas logés à la même enseigne : la rénovation énergétique des bâtiments de l’État et de ses établissements publics doit être engagée avant fin 2012.
  • « Energies renouvelables. Val d'Europe : le réseau de chaleur réutilise l'énergie émise par les centres informatiques », Environnement Local, 22/09/2011, n° 957, p.6
    Au Val d'Europe, la chaleur distribuée par le réseau urbain proviendra de l'énergie dégagée par les centres de traitement des données (data-centers) installés sur le site. Cette innovation s'inscrit dans le projet de développement durable du territoire de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée qui réunit des intervenants publics et privés.
    Comme tout système réfrigérant, les groupes de refroidissement génèrent un important volume d'air chaud, d'où l'idée de récupérer la chaleur dégagée pour alimenter le futur réseau de chaleur urbain du parc d'entreprises Paris-val d'Europe.
  • « Un tunnel urbain dédié aux modes doux à Lyon »Transflash n° 364 – juin juillet 2011
    Le Grand Lyon a été primé «Ville d'avenir» aux Trophées Eco Actions grâce au projet de rénovation lourde du tunnel de la Croix-Rousse, un équipement majeur pour la traversée est-ouest de la ville de Lyon, long de 1,8 km. Cette rénovation comporte la création d'un tube de sécurité, parallèle au tunnel existant, qui sera dédié aux modes de transports doux (conformément aux orientations du PDU de ne pas favoriser l'augmentation de trafic automobile).
  • « Tram- train : projet de Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) », Transflash n° 364 – juin juillet 2011
    En avril 2009, dans le cadre d’une délibération cadre «Mobilité – engager la Métropole Lilloise vers la mobilité du 21e siècle», LMCU a déterminé l’ensemble des projets à mettre en œuvre dont l’intérêt de développer le rôle urbain du train sur le réseau existant avec la mise en place d’un système innovant de tram- train assurant une desserte fine des territoires urbains et interurbains. Deux axes de tram- train apparaissent prioritaires : un axe nord- sud de Comines à Seclin et sud- ouest- est de Don Sainghin à Baisieux.
  • « Navettes fluviales à BORDEAUX »Transflash n° 365 – août septembre 2011
    Fin 2012, 3 catamarans électro- solaires de 30 à 50 places permettront aux bordelais de traverser la Garonne. Ce projet, validé par la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) et exploité par Kéolis, exploitant du réseau Tram et Bus de la CUB (TBC), présente 3 liaisons fluviales. La CUB souhaite, par cette nouvelle offre de transport urbain, proposer une alternative au franchissement du Pont d'Aquitaine et du Pont de Pierre afin de réduire le trafic sur l'un, désengorger le tramway sur l'autre et diminuer ainsi les temps de parcours
  • « LILLE se met au vélo en libre- service, le V’Lille », Transflash n° 365 – août septembre 2011
    Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) met en place son Plan vélo Communautaire en association avec le Plan vélo de la ville de Lille. L'objectif est d’atteindre 10 % de part
    modale pour le vélo d’ici 2020 (contre 2%actuellement à l'échelle de la communauté urbaine).LMCU a saisi l'occasion du renouvellement de sa délégation de service public de transports pour intégrer la mise en œuvre du V' Lille.
  • « Rencontres nationales du transport public : les transports urbains à la recherche d'un nouveau modèle économique », Ville Rail et Transports n° de revue 528 du 5 octobre 2011, pp. 8-12
    Si la question du financement n'est pas nouvelle, elle reste néanmoins plus que jamais d'actualité. Quatre tables rondes lui seront consacrées lors des Rencontres nationales du transport public : de la fiscalité à la tarification en passant par le business model du transport urbain.
  • « Nouvelles ambitions de Belfort (Les) », LEBORGNE, Guillaume - in Ville Rail et Transports n° de revue 528 du 5 octobre 2011, pp. 73-92
    Dossier spécial : ce que va changer le Tgv Rhin-Rhône ; la révolution des transports accompagne l'arrivée de la grande vitesse ; avec Montbéliard, le Territoire veut s'affirmer comme le grand pôle entre Strasbourg et Lyon.
  • « Communauté urbaine de Strasbourg : un laboratoire de la mobilité innovante », VIENNET, Robert – in Transport public : le magazine qui fait circuler les idées n° de revue 1117 octobre 2011, pp. 60-69
    Strasbourg a l'habitude d'être une cité novatrice en matière de déplacements : pionnière dans le tramway et le vélo dès les années 1990, la capitale alsacienne a renoué aujourd'hui avec cette capacité d'innovation qui fait d'elle
    un véritable laboratoire d'idées et d'expériences. Organisation du réseau, vélo, billettique, information voyageurs, voiture électrique, livraisons... c'est bien dans tous les domaines de la mobilité, considérée comme un tout, que s'exprime, à travers des projets et des réalisations concrets, cette volonté d'innover.

Expériences de collectivités

« Mobilité cyclable : Strasbourg se voit championne des modes doux », LEBORGNE, Guillaume - in Ville Rail et Transports n° de revue 528 du 5 octobre 2011, pp. 34-35

Depuis 1989, et malgré d'alternance politique, les politiques vélos se sont succédé à Strasbourg pour en faire la pionnière du vélo en France. Et même si son système de VLS, Velhop' n'a pas atteint le nombre de locations escomptées après un an d'existence, cela ne va pas freiner son expansion ni les autres projets en cours. Parmi ceux-là, on retient un réseau cyclable hiérarchisé inspiré des modèles en Europe du nord.

« Opter pour l'autopartage »ROBERT, Christophe - in Journal des maires n° de revue 10 d’octobre 2011, pp. 40-42

L'autopartage se développe, encouragé par nombre de collectivités. Séduisant, le modèle est désormais en recherche d'efficacité.

4. Du coté du web …

4.1. Divers

  • « Prix de mémoires du Gridauh concours 2010-2011 », Liste des primés. Site du Gridauh, novembre 2011
    "Il n’a pas été décerné de premier prix ni de prix spécial. Deux deuxième prix ont été décernés (à lire en ligne) : Le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés, Pauline Carceller, Adaptation de la ville à l’augmentation des températures, étude en droit de l’urbanisme, Cécile Fedele
  • « Déclaration de Paris faite à l’issue des Journées mondiales de l’urbanisme 2011 (3 au 5 novembre 2011) », Site de la SFU
  • « Urbanisme fictionnel : l’action urbaine à l’heure de la société du spectacle », Laurent Matthey, Métopolitiques du, 28 octobre 2011
    "Partant du constat que les projets urbains deviennent de plus en plus « bavards », l’auteur s’interroge de manière critique sur l’émergence d’un urbanisme « fictionnel » qui privilégie la mise en spectacle des projets au détriment de la mise sur pied de véritables outils d’appropriation de la ville."
  • « La ville des séries télé »Philippe Simay et Stéphane Tonnelat, Dossier du site Métropolitiques, le 07novembre 2011
    "Depuis qu’elles ont envahi le petit écran, les séries américaines connaissent un succès croissant, d’abord de la part du grand public puis, plus récemment, des milieux universitaires, à mesure que les médias et la culture populaire deviennent des objets d’interrogation scientifique légitimes."
  • « Observatoire national des zones urbaines sensibles - Rapport 2011 », Site de la bibliothèque des rapports publics de la Documentation française

4.2. Gouvernance territoriale

  • « Démocratie participative et agenda21 : combinaison réussie pour des territoires durables ? »Fanny Déléris,
    Note de problématique de l’Observatoire national des agendas 21 locaux et pratiques territoriales de développement durable, novembre 2011 "En 2011, l’Observatoire se saisit de la question démocratique pour en comprendre les enjeux et les traductions concrètes pour construire des territoires durables. L’approche démocratique du développement durable est en effet souvent présentée comme la principale garantie de la durabilité de nos territoires : c’est cette équation entre démocratie participative et développement durable que l’Observatoire interroge cette année."
  • « Gouvernance(s) et ingénieries métropolitaines »IAU-Ile-de-France Cahiers n° 160, octobre 2011
    "À l’occasion de la 32e rencontre de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (Fnau) : « Territoires et projets, les outils de la gouvernance », qui se tenait du 18 au 20 octobre à Paris, l’IAU îdF a consacré le n° 160 de ses Cahiers à la gouvernance et aux ingénieries métropolitaines. Principal objectif : éclairer le positionnement des agences d’urbanisme, fortes d’une certaine maturité et reconnues, mais confrontées à un paysage institutionnel en pleine mutation."

4.3. Grand Paris

  • « À quoi ressemblera le « Grand Paris » ? », Diaporama sur le site de la revue Géo (extrait du n°393 de novembre 2011)
    "Un métro de 200 kilomètres, un port gigantesque à Achères, une Silicon Valley à Saclay… Les premiers coups de pioche ont été donnés. La future mégapole commence à dévoiler son nouveau visage. Surprenant."
  • « Renouvellement urbain et risque inondation : le plan-guide « Seine-Ardoines ». Alexandre Brun et Félix Adisson, Cybergeo : European Journal of Geography. 29 octobre 2011
    "Le rythme de l’urbanisation des zones inondables reste soutenu en région parisienne. La nouvelle orthodoxie de l’État repose largement sur la réduction de la vulnérabilité des biens et des personnes face au risque inondation, laquelle ne doit pas être systématiquement synonyme d’inconstructibilité ou de gel des territoires soumis aux risques. L’enjeu consiste à maîtriser l’urbanisation des zones les plus exposées, tout en permettant le développement urbain et économique des zones déjà urbanisées ou des zones les moins exposées. Les aménageurs et les promoteurs immobiliers ont saisi l’opportunité du repositionnement de l’État pour réinvestir des zones inondables peu densément urbanisées dans le but d’y construire davantage d’immeubles de logements et de bureaux. L’article revient sur l’élaboration du projet « Seine Ardoines » à Vitry-sur-Seine, dans un site clef du Grand Paris. Le plan-guide se présente comme un instrument d’aménagement original, permettant d’intégrer le risque inondation dans le renouvellement urbain, sans toutefois remettre en cause les stratégies de développement des collectivités locales.

4.4. Urbanisme de projet

  • « Regard sur... Permis de construire et urbanisme de projet », Isabelle Cassin, Genesis Avocats, BJDU Online, n°45, novembre 2011
    La réponse d’une avocate à 4 questions : Comment concilier permis de construire et urbanisme de projet ? Quel est le nouveau champ d’application du permis de construire ? Comment les procédures vont-elles être simplifiées ? Quels sont les éventuels nouveaux risques contentieux ?
  • « Les documentations HQE aménagement »,  Site Certivea, novembre 2011
    "Cette rubrique met à votre disposition gracieusement, par téléchargement, de nombreux documents nécessaires dans vos démarches concernant la certification de vos projets"
  • « Aménagement du territoire – Réhabilitation des friches urbaines. Au premier plan des préoccupations gouvernementales », Didier Willot, Le nouvel économiste.fr, 3 novembre 2011
    "Longtemps délaissé, le dossier de la réhabilitation des friches industrielles urbaines revient aujourd’hui au premier plan des préoccupations gouvernementales. Grâce au plan de relance de l’économie qui a permis de débloquer les projets d’aménagement d’une bonne quarantaine de sites pollués importants de l’Hexagone ces trois dernières années, les services du ministère de l’Ecologie sont désormais convaincus que l’Ademe peut aider largement les collectivités territoriales à entreprendre une véritable reconquête des espaces abandonnés au coeur des villes françaises."
  • « Financiarisation et développement urbain durable : une analyse des stratégies des sociétés foncières cotées en France »Communication de Cyril Boisnier au colloque ASRDLF : Identité, Qualité et Compétitivité territoriale, Aoste : Italie (29 septembre 2010). Archives Ouvertes des Etudes Urbaines.
    "Cette communication propose d’observer en prenant comme analyseur, un acteur majeur de la production urbaine (les sociétés foncières cotées), comment deux mouvements, a priori antinomiques, la financiarisation de l’immobilier non résidentiel, d’une part, et le développement urbain durable, d’autre part, sont négociés dans la fabrique de la ville d’aujourd’hui. Nous développerons la thèse qu’il existe un profil de " foncières " plus ou moins sensible au DUD et un lien entre Investissement Socialement Responsable (ISR) et " grandes foncières ". Nous argumenterons cette thèse, à partir d’une analyse qualitative de leurs intentions en matière de développement urbain durable (DUD), qui s’est fondée, entre autres, sur le contenu de leurs rapports d’activité diffusés aux actionnaires."

4.5. International

  • « Portland : les neuf recettes d’une vraie ville écolo », Québec hebdo, 10 novembre 2011
    "Championne du monde du recyclage des déchets et de l’auto-partage, Portland (Oregon) s’est réinventée à la sauce suédoise. À l’occasion de l’« EcoDistrict Summet », Écohabitation a passé une semaine dans la « ville la plus verte d’Amérique »."
  • « Imaginer le Québec autrement »Campagne menée par les conseils régionaux de l’environnement (CRE) du Québec.
    "La campagne Imaginer le Québec autrement a pour objectif d’explorer les innovations existantes dans les domaines de l’aménagement du territoire et des transports. Ces innovations, principalement européennes, ont permis de réduire la dépendance au pétrole et de diminuer la consommation d’énergie. Les exemples présentés démontrent qu’il est possible d’occuper différemment le territoire. Cette campagne veut répondre à l’urgent besoin de pédagogie dans le domaine de l’urbanisme, alors que des concepts comme la densité ou la réduction de la place de l’automobile sont mal compris. Pourtant, ces nouvelles façons d’aborder le territoire peuvent aller de pair avec une meilleure qualité de vie, et c’est ce que les photos choisies veulent illustrer."
  • « Argentine : Le pays où tout le monde habite en ville »,Site Green et vert, 4 novembre 2011
    "Agissant comme de véritables aimants, les métropoles argentines abritent déjà 92% de la population du pays, bien plus qu’aux États-Unis ou en France. Une tendance qui s’accentue et oblige à chercher des modèles durables de développement urbain pour digérer le flux constant de nouveaux arrivants."

4.6. Ville et nature

  • « La Ville de Montpellier élue « Capitale française de la biodiversité 2011 »Ville de Montpellier, 5 octobre 2011
    "La Ville de Montpellier a été élue « Capitale française de la biodiversité 2011 », dans le cadre du concours récompensant les collectivités locales qui s’engagent dans la préservation de la biodiversité. Organisée par Natureparif, l’opération avait pour thème cette année « Biodiversité et planification urbaine » et mettait à l’honneur les politiques visant à protéger le patrimoine naturel autant que le bâti. Le jury a apprécié les outils innovants développés par la capitale languedocienne pour intégrer la nature et la biodiversité dans le tissu urbain."
  • « La ville de Paris se dote d’un observatoire de la biodiversité », Morgan Boëdec, Localtis, 9 novembre 2011
    "Le plan Biodiversité de Paris entre enfin dans sa phase concrète. Le 9 novembre, des élus ont fait le point sur son avancement avec comme proposition phare la création d’un observatoire pour améliorer la connaissance de la biodiversité."
  • « Réaliser des toitures végétalisées favorables à la biodiversité »Site de Natureparif, septembre 2011
    "La végétalisation des toitures peut contribuer à maintenir voire restaurer la nature en ville, à condition qu’elle s’inscrive dans un ensemble d’actions cohérentes et globales ....L’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de la Seine-Saint-Denis (ODBU) et Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, avec l’appui technique de Plante & Cité et du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), se sont associés pour élaborer cette fiche-technique afin de contribuer à une évolution positive des pratiques."
  • Green infrastructure : more green space for England’s towns and cities”Department for Environment Food and Rural Affairs (Grand-Bretagne), 7 novembre 2011
    "Defra’s Landscape Strategy and Policy Team describe how the recently created Green Infrastructure Partnership will support the creation of more green space for England’s towns and cities, bringing the benefits of connecting with nature to more people and meeting a key commitment of the Natural Environment White Paper."

4.7. Prospective

  • « La ville européenne idéale : écologique, sociale et intergénérationnelle »Localtis, 3 novembre 2011
    "Changer l’image des seniors et des immigrés, miser sur le logement sobre en énergie et trouver des solutions innovantes pour lutter contre le chômage... La Commission européenne a compilé ses idées dans un rapport qui, une fois n’est pas coutume, cite la banlieue en exemple."
  • « Prospective de la mobilité dans les villes moyennes françaises »Catalogue d’innovations
    "L’association Futuribles International lance une étude prospective sur la mobilité de demain dans les villes moyennes françaises. Quels sont les scénarios souhaitables envisageables ? Quels sont les moyens concrets que les différents acteurs sont susceptibles de mettre en oeuvre pour en permettre la réalisation ?..... L’étude a démarré le 1er janvier 2010 et s’est achevée en avril 2011."
  • « 2112 : Paris à grande vitesse »Michel Parent, La vie des idées, 9 novembre 2011
    "Jon est ému : ce matin, il doit se rendre au coeur de Paris pour l’inauguration de la nouvelle voie à grande vitesse (VGV) Est-Ouest, dont il est le concepteur. Des navettes ultra-rapides et autonomes relient désormais les différents pôles du Grand Paris, renvoyant au musée les antiques « automobiles » à la fois complexes et dangereuses.