Par André Lafarie
Dernière mise à jour : décembre 2018

Les principes de montage et de mise en œuvre des projets sont pleinement applicables aux ingénieurs territoriaux, mais avec une clef de lecture différente de celle des autres agents impliqués (techniciens ou agents de maîtrise par exemple) qui interviennent sur des champs plus réduits du processus.

1. Un rôle et des missions spécifiques

Le rôle et les missions assumés par les ingénieurs peuvent prendre plusieurs formes :

  • à titre principal :
    • le portage de projets très spécifiques en lien avec la construction de politiques et/ou de stratégies publiques, dans une collaboration directe avec les élus,
    • le suivi et la coordination transversale d’un ou plusieurs programmes ou ensembles de projets,
    • la réalisation, sur certains d’entre eux, d’arbitrages en qualité de directeur de projets. 
  • par exception, une implication directe (rôle de chef de projet) dans le montage et la mise en œuvre opérationnelle de projets complexes (du fait des échelles d’intervention, de leur caractère transversal et/ou partenarial, d’un besoin d’expertise technique très spécifique…).

2. Un regard plus ciblé sur le processus de projet

A ce titre et dans tous les cas, leur intervention directe de conseil auprès des élus les conduit à accorder une vigilance plus particulière aux principaux jalons de validation du processus (commande, diagnostic, solutions alternatives, choix de la solution à finaliser, décision de faire, réception/évaluation) autour du triptyque qualité/coût/délais qui reflète les préoccupations principales des décideurs.

Leurs arbitrages porteront ainsi prioritairement et de manière plus ciblée sur les clefs de réussite principales des projets :

  • le choix d’une échelle adaptée d’intervention,
  • le cadrage politique et stratégique préalable,
  • la définition d’une programmation adaptée aux priorités arrêtées par les élus,
  • la mise en place d’une organisation de projet conforme aux problématiques et enjeux des projets,
  • l’allocation des ressources, tout particulièrement sur les projets transversaux,
  • le choix des modalités opérationnelles (notamment dans l’alternative entre régie et externalisation, le recours éventuel à des partenariats public/privé…),
  • la fiabilité des montages financiers et juridiques et la maîtrise des risques,
  • l’appropriation par les habitants et personnes intéressées (par des démarches participatives, par des outils de communication),
  • la régulation du jeu des acteurs,
  • la gestion des aléas opérationnels et le recalage éventuel des choix initiaux. 

3. Des compétences adaptées à leur niveau d’intervention

Cette clef de lecture a un impact direct sur les compétences dont doivent disposer les Ingénieurs pour assumer efficacement les missions précitées.

Pour ceux-ci, les compétences purement techniques peuvent être plus générales mais sur un champ d’intervention plus étendu (pour avoir la capacité d’animer des équipes projets pluridisciplinaires incluant au besoin des spécialistes).

Surtout, elles doivent être impérativement appuyées sur un socle solide de connaissances de l’environnement institutionnel :

  • les bases de l’action locale (modes de fonctionnement des collectivités territoriales et de leurs groupements, processus de décision et de contrôle, compétences respectives des acteurs, finances et budget…),
  • le cadre juridique applicable aux projets de manière générale (marchés et contrats publics, principes d’hygiène et sécurité) ou décliné dans une spécialité donnée (outils, procédures et autorisations spécifiques…),
  • le contexte actuel des collectivités (évolutions institutionnelles, contexte économique…) et ses conséquences sur les projets.

C’est principalement au regard de ces éléments que sera appréciée la pertinence des orientations/recommandations/propositions qui pourront être faites dans le cadre d’épreuves de portée opérationnelle (projet ou étude ; rapport technique assorti de propositions opérationnelles), et des manques dans ce domaine seront souvent très lourdement sanctionnés.

 

Tags:
Créé par Julien Lenoir le 16 avril 2019
    
© 2018 CNFPT