Par Helene Pezanowski,

Directrice des Ressources humaine de la ville de Calais

drh@mairie-calais.fr

La ville de Calais est caractérisée par une alternance politique intervenue en 2008, une forte tradition syndicale, née tout a la fois de son passé de ville a tradition communiste et de ville-port. L’émergence d’un nouveau partenaire syndical  (SUD) ouvre le jeu du dialogue social.

La tradition du dialogue social est ancienne, la réunion des partenaires régulière. Elle s’est toutefois enrichie  de l’instauration d’une rencontre trimestrielle (trois fois l’an) en tête a tête avec le maire  pour chacune des organisations syndicales,  hors de la présence des cadres de la collectivités. Une  nouvelle plage de dialogue est ainsi ouverte.

L’importance du dialogue a été conforté par l’inauguration d’une maison des syndicats  en 2011,  Cette maison, située en centre ville, a été réhabilitée, et  dotée de moyens matériels conséquents.

Au delà du quotidien, le champ du dialogue social, se concentre sur 3 chantiers cités en exemple pour leur niveau  de réussite différents.

  • Les critères d’avancement: un protocole signé avec la précédente équipe municipale a été dénoncé par les OS et se trouve aujourd’hui en panne.
  • Les entretiens d’évaluation : le dialogue est bon et la négociation avance normalement sur la base d’un diagnostic commun entre l’administration et les OS.
  • Le régime indemnitaire : il fait l’objet d’un désaccord complet qui s’est manifesté par un mouvement de grève en juin 2011, le dépôt d’une pétition et des revendications  régulières. Les crispations sont réelles.

La concomitance de plusieurs chantiers ouverts dans le même temps augmente la richesse du dialogue social. La multiplicité des sujets traités augmente les chances de faire apparaitre des points de convergence. Toutefois dés lors qu’un point de blocage est constaté, sur un chantier, l’ensemble du processus peut s’en trouver atteint.

Tags:
Créé par JeanMichelCarsuzaa le 13 septembre 2012
    
© 2017 CNFPT