Famille :

Les concours de la FPT


Dernière mise à jour : février 2016

1. L'évaluation : pourquoi ?

Évaluer, c'est donner de la valeur, valoriser. L'évaluation est un outil de valorisation de la bibliothèque, de son activité, et du travail des agents. Il s'agit d'une justification politique et administrative.

2. L'évaluation : pour qui ?

2.1. L'évaluation pour son administration de tutelle

Il s'agit de montrer à la direction des finances, des ressources humaines, mais aussi aux services partenaires municipaux (petite enfance, informatique, logistique, entretien…) ce qu'on fait. Il faut rendre compte à l'ensemble des services de son administration de tutelle de l'activité de la bibliothèque et de son impact sur la collectivité. Cela permet de justifier des moyens alloués, d'argumenter dans le cas d'arbitrages et de valoriser l'action municipale.

2.2. L'évaluation pour ses élus

Il s'agit dans ce cas, auprès du Cabinet du maire et des élus à la culture, c'est-à-dire auprès de l'ensemble des citoyens dont les élus sont les représentants, de rendre compte de la politique de lecture publique et de notre action. Il faut là encore montrer l'engagement de la bibliothèque sur le territoire et interpeller les politiques sur les difficultés éventuelles.

2.3. L'évaluation pour l’État, la région et le département

Pour différents services, tel que le Service du Livre et de la lecture, la Direction régionale des Affaires culturelles, la bibliothèque départementale, évaluer l'activité de la bibliothèque est important car cela permet de rendre compte de la mission de lecture publique, de l'usage des subventions éventuelles et de rappeler le rôle de la lecture publique locale dans le développement de la citoyenneté.

2.4. L'évaluation pour les professionnels

En direction des associations professionnelles, des partenaires institutionnels et culturels, des autres bibliothécaires à l'occasion de colloques, d'interventions ou d'échanges, l'évaluation permet de montrer la vitalité de la bibliothèque, de valoriser le lieu et ses services, de rendre lisible la politique culturelle de la collectivité et de jouer un rôle dans la communauté professionnelle. L'évaluation favorise également les échanges de bonnes pratiques.

2.5. L'évaluation pour les publics

Il s'agit dans ce cas-là de rendre des comptes aux abonnés de la bibliothèque, mais aussi aux publics potentiels. Évaluer permet de rendre lisible l'activité, y compris interne et invisible de la bibliothèque, mais aussi de donner envie de venir ou de rester, et enfin de rendre publiques des données publiques. L'évaluation est enfin une valorisation de l'importance des usagers dans le succès de la bibliothèque.

2.6. L'évaluation pour nous-même

Enfin, l'évaluation est utile pour la direction de l'établissement, pour l'ensemble des collègues : elle permet de féliciter chacun pour son engagement au sein de la collectivité, de rendre visible et de légitimer son travail, et enfin de motiver l'équipe pour la suite de la réalisation des objectifs, en faisant le lien avec les politiques publiques.

3. L'évaluation : comment ?

À l'intention de son administration, une évaluation de service prend souvent la forme d'un rapport, qui doit être court si on souhaite qu'il soit lu : dix pages maximum, avec des graphiques et des paragraphes courts mettant en valeur des données importantes. Il est nécessaire d'éviter au maximum le vocabulaire professionnel, et de synthétiser les informations afin qu'elles soient claires et faciles à retenir.

En direction des élus, la note administrative, jointe au rapport annuel, est à privilégier : d'une page maximum, avec des chiffres précis et réutilisables, elle sera appréciée des élus qui ne regardent pas seulement l'activité de la bibliothèque mais celle de l'ensemble des services. L'élu doit pouvoir utiliser ces éléments dans un conseil municipal ou en direction de la presse.

Vis-à-vis de l’État ou de la région, des chiffres issus d'une évaluation de service sont à intégrer à un dossier de demande de subvention ou d'un rapport annuel concernant le champs de compétence de la tutelle. Annuellement, il est également important de remplir les demandes d'évaluation issues du rapport annuel du Ministère.

Il est également intéressant d'intégrer des données d'évaluation en direction des professionnels : dans des plaquettes de communication, des contributions à des forums ou des interventions à des réunions professionnelles, sous forme de dossier de presse. Ces éléments statistiques permettent de présenter synthétiquement l'activité de la bibliothèque.

En direction du public, des brochures de communication, des billets sur un blog ou des posts sur les réseaux sociaux permettent de faire une présentation plus ludique, qui peut autoriser les commentaires des usagers, qui deviennent alors co-créateurs de l'évaluation. Cela permet de communiquer sur le rôle social de l'établissement.

Enfin, le rapport d'activité complet permet de donner une vision préciser à l'ensemble de l'équipe de la bibliothèque des activités de chacun. Il peut permettre également de servir de levier de négociations. Par ailleurs, pour élaborer la politique documentaire d'un service, des données précises issues d'une évaluation, comme des détails par types de fonds, de cote...sont importantes. Celles-ci nécessitent un calibrage des critères en vue d'objectifs.

4. Quels indicateurs pour évaluer correctement ?

Des indicateurs de quantité : prêt, fréquentation, nombre d'heures d'ouverture, nombre d'animations, de connexions sur les postes informatiques, budget, nombre de personnes qui suivent la bibliothèque sur les réseaux sociaux…

Des indicateurs plus qualitatifs : les actions de médiation, de conseil…

Des indicateurs de périodicité : heure, jour, semaine, mois…

5. Les outils de l'évaluation

Les outils métier : le SIGB, le portail de la bibliothèque, les outils numériques permettent d'avoir des outils quantitatifs, tandis que certaines données sont saisies manuellement.

Afin d'avoir des données homogènes, il faut pouvoir les maîtriser, et donc être totalement précis quant à leur recueil : on ne peut pas avoir des données fiables si on prend les chiffres au mois de juin de l'année précédente et au mois de janvier de cette année. Il faut donc choisir si on se base sur l'année scolaire ou civile, et tenir compte du contexte de la collectivité (année d'élection, de prise de décisions spécifiques…).

Les statistiques annuelles permettront de justifier la demande d'un budget prévisionnel. Elles permettent de démontrer des besoins et de montrer quels sont les enjeux. Enfin, les données d'évaluation servent au pilotage d'une organisation et l'évaluation sert ici au management. Il s'agit en outre de bien respecter les choses suivantes : être en mesure d'expliciter les choix de données recueillies, montrer l'évolution, contextualiser et comparer, souligner les perspectives et les enjeux et mettre toujours l'activité de la bibliothèque en rapport avec l'action publique.

Auteur :

RENAUDIN Coline

Groupe :

Concours de la FPT

Tags:
Créé le 29 mai 2019
 

Accès thématique

Accès famille

© 2017 CNFPT