Famille :

Les concours de la FPT


Dernière mise à jour : novembre 2015

1. Le CD musical : évolution et diffusion

1.1. Evolution du CD

L’évolution technologique a toujours été un moteur essentiel de la diffusion de la musique, depuis le premier phonographe de Thomas Edison en 1877.

Depuis les années 60, le disque est au cœur de la carrière des artistes : c’est un média essentiel de diffusion de la musique, quelque que fut sa forme au fil du temps.

En 1982, Philipps et Sony lancent la commercialisation d’un nouveau support, le Compact Disc Digital Audio. C’est le premier support grand public à proposer du numérique, et il va très vite dominer le marché de la musique. Entre 1988 et 2003, on parle d’âge d’or du CD.

En 1998, le format de compression sonore MP3 est créé.

1.2. Production et mode de diffusion du CD aujourd’hui

La chaîne du disque est plus complexe que celle du livre car elle intègre plus d’acteurs : auteur, compositeur, éditeur graphique, interprète, maison de disque, producteur, ingénieur du son, éditeur phonographique, distributeur, grossiste, détaillant. Et enfin auditeur.

La maison de disque assure l’intégralité du cycle de production et de distribution. Elle développe des labels, qui sont des marques servant à commercialiser un ensemble de productions homogène du point de vue artistique ou éditorial (l’équivalent de la collection pour le marché du livre).

Tout comme le marché du livre, le marché du disque est un marché très concentré puisque quatre majors assurent plus de 80% de la production, édition et diffusion (Universal Music, Sony BMG, EMI, Warner Music). Il existe ensuite des petits labels (environ 250 en France) qui jouent un rôle essentiel dans la promotion de styles nouveaux. On peut citer par exemple Harmonia Mundi.

Mais contrairement au livre qui a été préservé par la loi Lang (sur le prix unique du livre), il n’existe plus aujourd’hui de disquaires indépendants, en particulier à cause de la prépondérance de grandes chaînes de distribution, telles Virgin, qui peuvent baisser les prix.

En 2015, ce n’est plus la qualité qui est questionnée, mais l’existence même d’une offre physique.

En effet, lorsqu’en 2007 le groupe Radiohead sort un album uniquement sur Internet, sans passer par une maison de disque, en laissant le choix à l’usager de le télécharger gratuitement ou de participer librement aux frais, les professionnels considèrent que le marché du disque connaît un tournant irréversible. La révolution du tout numérique ouvre sur une circulation des phonogrammes sans support dédié, permet leur diffusion sur plusieurs formats et bouleverse les modèles économiques.

On verra le détail de ce bouleversement avec la fiche dédiée au numérique.

A noter, le vinyle revient paradoxalement à la mode, plébiscité pour ses qualités esthétiques qui importent à des mélomanes avertis. En écho, la médiathèque Françoise Sagan, à Paris, a ainsi ouvert avec un fonds de vinyles. La bibliothèque de Rennes Métropole conserve également un très beau fonds de 10 000 vinyles, issus de différents dons.

Cependant, les spécialistes considèrent que le vinyle reste un marché de niche.

2. Typologie des CD en bibliothèque

Dans les années 1990, les bibliothèques deviennent des médiathèques : elles intègrent tous les supports qui existent dans le commerce.

Le CD est ainsi le support de base pour la musique, mais également pour les livres audio ou les méthodes de langue. Nous allons donc revenir sur la place de ces trois types de CD en bibliothèque, même si les collections restent difficilement quantifiables.

2.1. Phonogrammes musicaux

Le disque compact est aujourd’hui le seul phonogramme présent dans les bacs en bibliothèque.

Dans les années 1990, les bibliothèques se sont peu à peu constituées en discothèques, proposant des espaces distincts, des collections atypiques qui répondent à des règles et à des normes spécifiques.

Le rôle des bibliothèques a été déterminant dans la diffusion de la musique, la sensibilisation aux pratiques instrumentales et le soutien au projet de création : elle s’est très vite positionnée comme un lieu de découverte pour des artistes ou types de musique peu entendus dans les médias.

En 2008, 90% des bibliothèques possédaient des CD musicaux, qui représentaient 12% de leurs budgets d’acquisition.

Par leurs collections, les discothèques proposent une histoire des divers genres musicaux, avec un catalogue d’œuvres clés, tout en suivant l’actualité musicale et en faisant la promotion de compositeurs peu visibles. Elles sont aussi une scène toute trouvée pour les artistes locaux. Ainsi la médiathèque de l’Astrolabe à Melun (Seine-et-Marne) a élaboré un fonds intitulé « Scène 77 », composé de plus d’une centaine d’albums produits par les artistes du département de Seine-et-Marne, de tous styles musicaux confondus. Ils sont aussi disponibles en ligne.

Pour autant, les médiathèques subissent également le contrecoup de la crise du marché du disque, et leurs acquisitions baissent peu à peu, suivant en cela la baisse des prêts.

FICHE 2 - Le support CD_WKT_html_511120f8.png

Nous verrons cela plus en détail dans la fiche consacrée au numérique.

2.2. Méthodes d'apprentissage

Les bibliothèques se sont peu à peu constituées comme des pôles ressources en termes d’apprentissage des langues.

Elles ont ainsi intégré des méthodes aussi bien en langues étrangères qu’en apprentissage du français pour les étrangers (FLE : français langue étrangère). La seule limitation est celle du marché de l’édition des méthodes (et celle du budget bien entendu).

Le fonds de la BPI est particulièrement riche en la matière.

2.3. Textes lus

L’intégration des livres audio ou textes lus a eu pour origine la volonté de toucher des personnes en difficulté visuelle. Petit à petit, les livres audio ont contribué au développement d’un mode de lecture de plus en plus nomade : les CD se présentent sous le format MP3 qui permet d’écouter les livres sur tous types de supports.

Pour en savoir plus

  • Bibliographie
    • Curien, Nicolas et Moreau, François. 2006. L’industrie du disque, Paris : La Découverte.
    • Pierret, Gilles (dir.). 2012. Musique en bibliothèque, Paris : Cercle de la librairie
    • RETTEL, Gilles. 2015. Étude sur la place de la musique dans les bibliothèques de la Ville de Paris et l'avenir de la Médiathèque musicale de Paris [en ligne], Paris : Ville de Paris.
    • RENAUDIN, Coline. 2012. Musique en bibliothèque [en ligne], Paris : Bibliothèque(s).
  • Sitographie
    • Site de l’ACIM (Association pour la Coopération des professionnels de l’Information Musicale) : www.acim.asso.fr/
    • Chiffres clés du Ministère de la Culture, 2009 : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Livre-et-Lecture/Actualites/Chiffres-cles-du-secteur-du-livre-2009-2010

Auteur :

COURTEL Sophie

Groupe :

Concours de la FPT

Tags:
Créé le 29 mai 2019
 

Accès thématique

Accès famille

© 2017 CNFPT