"L’approche qui a prévalu dans ce travail dépasse les idées reçues couramment véhiculées sur le sujet, généralement porteuses d’une connotation négative. Le périurbain n’y est pas seulement considéré comme un espace non régulé, fruit de l’étalement urbain, consommateur d’énergie voire lieu de relégation. Le périurbain donne également accès à un confort spatial, à l’habitat individuel, à une qualité de vie, à une sorte de compromis entre des aménités encore urbaines et une « atmosphère » rurale de paysage, de forte qualité de vie et de tranquillité. Posée ainsi la question périurbaine dépasse la stérile opposition à laquelle on la cantonne trop souvent – « le périurbain, les gens aiment bien mais c’est mal » –, ou en langage plus savant – « c’est attractif mais ce n’est pas durable » – pour devenir « ce n’est ni bien, ni mal, assurément attractif, comment le rendre durable ? » : loin d’apporter toutes les réponses, et cela d’autant plus que la pluralité du périurbain appelle des mesures différenciées, le travail réalisé ouvre des pistes de réflexion et d’actions intéressantes qui restent à évaluer, à consolider et à poursuivre, en complément des propositions et décisions déjà promulguées dans le cadre du Grenelle de l’environnement.
Un autre intérêt des textes présentés me paraît tenir, au-delà des sujets eux-mêmes, de ce qu’ils montrent ou font deviner des dynamiques profondes, parfois difficiles à percevoir, souvent contradictoires, qui bouleversent nos territoires et leurs acteurs : mondialisation d’un côté ; recherche d’identité et d’appartenance de l’autre ; essor des mobilités et en même temps volonté d’ancrage, urbanisation généralisée et valorisation de la ruralité ; étalement et préservation de l’environnement... La liste de ces tensions, si on la voulait exhaustive, serait beaucoup plus longue.
La prospective doit nous permettre d’appréhender ces transformations. Pour cela, elle nous incite à changer de cadre d’analyse pour comprendre la réalité géographique actuelle, en prenant par exemple en compte les territoires et les réseaux, ainsi qu’à adopter une posture nouvelle plus efficiente pour préparer l’avenir. Ce numéro de la revue Territoires 2040 me semble tout à fait conforme à cette ligne directrice."

ÉDITORIAL - Pierre Dartou, Délégué interministériel à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale

Source : DATAR, Revue d’études et de prospective N°2 "Territoire 2040 - Prospective périurbaine et autres fabriques de territoires"

> Accédez à l'article

Tags:
Créé par Jean-Michel Carsuzaa le 30 mai 2014
    
© 2018 CNFPT